Focus : Spécifique gardien de but au RAF

Dans un cadre de progression et de perfectionnement le RAF met en place des spécifiques gardiens de but hebdomadaire pour ses jeunes de la catégorie U12 à Séniors depuis cette année. Déborah Garcia, gardienne de la D1 féminine s’occupe des gardiens U12/U13. Stephan Solis prend en charge les gardiens U13 à U15 et U19/DH. Les U19 féminine sont entrainées par Déborah Garcia et Amélie Fabries, ancienne gardienne du club durant de longues années. Erwin Zelazny et Pierre Laborde, les gardiens de la CFA, s’occupent de la catégorie U17 et D1F et pour finir c’est David Manhaval qui prend en charge les gardiens de la CFA.

Erwin Zelazny ancien joueur professionnel du F.C Nantes nous parle de son expérience et de sa vision de ces spécifiques qu’il gère avec Pierre Laborde chaque semaine.

Dans un premier  temps, peux-tu nous parler de ton parcours sportif? Ton vécu à ce poste?

J’ai attaqué le football en étant gardien, puis je me suis essayé attaquant durant 2 ans mais je suis finalement retourner  à mon premier choix. J’ai débuté les spécifiques GB jeune, vers l’âge de 10 ans à Avion. A 12 ans, suite à une détection j’ai intégré le F.C Nantes et c’est là que je me suis réellement perfectionné à ce poste. J’ai passé 2 ans et demi au centre de pré-formation, 1 an au centre de formation et 7 ans avec le groupe professionnel. Nous avions des spécifiques très régulièrement.  A mon sens, c’est indispensable et incontournable pour progresser.

J’ai pu aussi participer, lorsque j’étais à Nantes, aux centres de perfectionnement GB où j’ai eu la chance de travailler avec les entraineurs pro du club en tant qu’éducateur. Nous prenions 40 à 50 gardiens de la région pour effectuer une détection. Cette expérience à été très enrichissante d’un point de vue personnel.

Pour les spécifiques GB, quels pourraient être les objectifs de travail par catégorie selon toi?

Entre 8 et 12 ans on va beaucoup travailler la coordination, les déplacements et la technique simple. Ensuite entre 13 à 16 ans on poursuivra ce travail mais en mettant davantage d’intensité pour se rapprocher de la réalité du match. Enfin après cette tranche d’âge, on travaillera davantage des situations de matchs, pour corriger ou perfectionner. C’est aussi à cet âge qu’on pourra attaquer un travail de musculation pour prévenir des blessures (épaules…).

Cette année tu es responsable avec Pierre Laborde des spécifiques de la D1 féminine, quelle approche as-tu avec ce public féminin?

Pour tout dire, j’ai été agréablement surpris par le niveau de Déborah (Garcia) et de Julie (Niphon). Ma principale interrogation était de savoir ce que je pouvais mettre en place avec elles, et comment. Mais au final, avec elles, je travaille dans les mêmes conditions qu’avec un public masculin, la différence se fait uniquement au niveau de l’intensité des frappes que je dois adapter, mais les exercices sont les mêmes.

J’ai deux séances avec elles par semaine, on effectue dans un premier temps un travail technique pour entretenir et peaufiner puis on passe sur un travail plus spécifique au vu des situations et des problèmes rencontrés en match, soit dans le but de corriger soit dans le but de perfectionner.

Tu as été présent à certains matchs à domicile de la D1F, une volonté personnelle?

Oui, le poste de gardien de but est un poste à part, où l’on est souvent esseulé dans son but, et où la concentration est primordiale (comme un attaquant à mon sens). Le dimanche je suis là pour les encourager, leur apporter des solutions. Mais je suis surtout là pour les accompagner, leur match leur appartient, c’est leur moment à elles et moi je suis là pour les mettre dans les meilleurs conditions possibles.

Le match est aussi l’aboutissement et la concrétisation du travail effectué la semaine donc c’est toujours intéressant d’en voir les effets. Cela me permets aussi de savoir plus précisément ce que je vais mettre en place avec elles la semaine suivante.